« Vous êtes une pute. Vous êtes une pute, c’est tout. »

Serge Gainsbourg en 1981 (©Claude Truong-Ngoc/Wikimedia Commons)
Serge Gainsbourg en 1981 (©Claude Truong-Ngoc/Wikimedia Commons)

Sous la moustache, il y a Gainsbourg. Brut, incontrôlable, parfaitement scandaleux. Et lorsque sa mine nonchalamment hépatique croise Catherine Ringer, la chanteuse des Rita Mitsouko, sur le plateau de l’émission Mon Zénith à moi, en 1987, c’est une Gainsbarre de rire.

Il faut dire que Catherine a mené une vie assez… dissolue. Entre 1976 et 1982, elle tourne dans une vingtaine de films pornographiques. « Par pur vice », expliquera-t-elle, plus tard à Mireille Dumas, sur FR3. « Personne ne m’a obligée à faire ça. C’est que ça me plaisait, même s’il faut du courage. […] Peut-être que le porno, c’était mon service militaire. »

Cul, grognements et giflettes sur les fesses : on aurait pu penser que ce traitement éveillerait une lueur lubrique dans le regard de Gainsbourg. Pourtant, loin d’apprécier le récit de sa partenaire sur le divan de Mon Zénith à moi, Serge préfère détourner ses deux yeux chassieux de l’outrageante Ringer, alliant au mépris le plaisir de l’injure :

« Vous êtes une pute. Vous êtes une pute. Vous êtes une pute, c’est tout. Vous êtes une putain. […] Vous vous êtes fait baiser par la caméra. Vous êtes dégueulasse. C’est dégueulasse, c’est dégueulasse. […] Plein de foutre pendant les prises… […] Vous êtes dégueulasse. Moi je vous trouve dégueulasse. »

A la provocation, Catherine Ringer préfère d’abord la compréhension. Oui, elle est dégueulasse, oui cela à voir avec l’activité d’une « pute », même si ce n’est pas le même métier. Une attitude qui déstabilise Gainsbarre et sa clope bafouillante… Il tente de raisonner, mais bloque, figé, bouche ouverte, sur ce mot qui sonne comme une énormité chez ce libidineux : « éthique ».

Et voici l’infâme Catherine aux reins secoués qui reprend le dessus d’une saillie bien placée : « Mais vous, vous avez l’air d’un vrai dégueulasse, mais c’est vrai, depuis des années… […] Vous êtes le dégueulasse type ! » Un dégueulasse qui nous rappelle que la télévision n’a pas toujours été le sarcophage qu’elle est devenue aujourd’hui.

Lui reste une dernière fulgurance pour couper court à cet échange de vérités aimables : « Vous êtes une salope et vous êtes une putain. »

Article écrit par R. Le Grognard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s