Fillon-Jouyet : petits meurtres entre amis

François Fillon, à l'Assemblée nationale, en 2007 (source: Wikipédia)
François Fillon, à l’Assemblée nationale, en 2007 (source: Wikipédia)

A qui, la vérité : François Fillon ou Jean-Pierre Jouyet ? Ce jeudi 28 mai 2015 s’ouvre le procès en diffamation qu’intente François Fillon contre, notamment, Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l’Elysée. Fillon dément avoir demandé à Jouyet d’accélérer les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy en juin 2014.

« J’aurais pu, comme il arrive souvent dans la vie politique, supporter en silence la manœuvre destinée à salir mon honneur, dont je suis victime, et passer à autre chose. […] Je n’ai pas voulu qu’il en soit ainsi. » L’« honneur ». François Fillon se défend pour l’« honneur ». Tout du moins, c’est sur ce mot qu’il a insisté devant le tribunal correctionnel de Paris, ce jeudi 28 mai. Lire la suite

Publicités

« Par pitié, leurs amis abrégeaient leur souffrance à coups de pierre… »

Extrait du Code Noir de 1685 : "Article 38 - L'esclave fugitif qui aura été en fuite pendant un mois [...] aura les oreilles coupées et sera marqué d'une fleur de lys sur une épaule ; et s'il récidive [...] aura le jarret coupé ; et, la troisième fois, il sera puni de mort.
Extrait du Code Noir de 1685 : « Article 38 – L’esclave fugitif qui aura été en fuite pendant un mois […] aura les oreilles coupées et sera marqué d’une fleur de lys sur une épaule ; et s’il récidive […] aura le jarret coupé ; et, la troisième fois, il sera puni de mort.

« Si vous prenez strictement, juridiquement, par définition, ceux qui sont allés chercher les esclaves en Afrique pour travailler dans les plantations ne voulaient pas les exterminer. Ils voulaient les faire travailler (hésitation)… gratuitement. Je pense qu’il y a, dans cette concurrence (victimaire), un contresens. […] L’esclavage n’est pas un génocide. »

George Pau-Langevin est ministre. Ministre des Outre-Mer, ministre de la République française. Dans ces mots, diffusés par Guyane 1ère, elle relativise « juridiquement » l’importance de la traite négrière, au prétexte que les esclavagistes ne voulaient pas tuer, mais faire travailler. Lire la suite