Brel : « Le talent, c’est avoir l’envie… Le reste, c’est de la sueur »

Jacques Brel en 1971 (source : Wikipédia/Creative Commons)
Jacques Brel en 1971 (source : Wikipédia/Creative Commons)

En 1971, Jacques Brel donne une interview dans le bar d’un ami, à Knokke, station balnéaire réputée de la Flandre-Occidentale. Le Belge y confie sans vernis ses réflexions sur l’homme et la vie, l’amour et son rapport aux femmes, si particulier et discutable. Il révèle, en somme, les fondations de sa démarche esthétique. Un véritable document que voici dépoussiéré.

De l’art : « L’art, je ne sais pas ce que c’est »
« On raconte ce que l’on rate, on raconte ce qu’on n’arrive pas à faire. C’est un phénomène de compensation. Et j’ai voulu réussir ce phénomène de compensation. Et j’ai dû travailler beaucoup pour cela, bien évidemment. Car je suis convaincu d’une chose : le talent, cela n’existe pas. Le talent, c’est avoir l’envie de faire quelque chose. Je prétends qu’un homme qui, tout à coup, rêve de manger un homard, a le talent de manger ce homard dans l’instant, de le savourer convenablement. Avoir envie de réaliser un rêve, c’est le talent. Et tout le reste, c’est de la sueur. C’est de la transpiration, c’est de la discipline. Je suis sûr de cela. L’art, moi, je ne sais pas ce que c’est. Les artistes, je ne connais pas. Je crois qu’il y a des gens qui travaillent à quelque chose et qui travaillent avec une grande énergie. L’accident de la nature, je n’y crois pas. Pratiquement pas. » Lire la suite

Publicités