Qui veut épouser Astier ?

Alexandre Astier et Chantal, de "Qui veut épouser mon fils ?", en 2010 (source : capture d'écran "Morandini !")
Alexandre Astier et Chantal, de « Qui veut épouser mon fils ? », en 2010 (source : capture d’écran « Morandini ! »)

Sous la moustache bien taillée, il reste parfois des poils revêches, de ceux qui grattent, irritent ou se faufilent entre leurs pareils bien lisses et policés pour pointer le bout de leur cuticule. L’un d’eux pourrait être Alexandre Astier. Le créateur de la série Kaamelott a des opinions bien tranchées sur des sujets sociétaux, politiques et d’actualité. Sa verve et son sens de la répartie font parfois des ravages…

Nous sommes en 2010. L’équipe de France de football est rentrée de son camp de boy-scouts après un petit safari, en bus, jusqu’en Afrique du Sud ; Vancouver a investi dans des seaux de peinture blanche pour en tartiner le joli gazon bien vert de ses JO d’été hivernaux ; les pélicans floridiens ont moyennement apprécié leur bain de boue et soins du corps gracieusement offerts par la maison BP, à l’explosion d’une plate-forme dans les Caraïbes ; Haïti devient l’ambassadeur de la firme Lego après que la terre s’est ressentie d’une poussée de Parkinson… et, surtout, quatre millions de Français se passionnent pour un menu maxi-Tanguy sauce télé-réalité, « Qui veut épouser mon fils ? ».

Lire la suite